ETAPE le forum

Douce fin d'hiver
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 La limite entre anormalité et folie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Bugsbunny



Féminin
Messages : 780
Date d'inscription : 05/08/2012

MessageSujet: La limite entre anormalité et folie   Mar 30 Juil - 23:25

Coucou !

Me pose beaucoup de question sur la folie ou la psychose. Je vous rassure rien à voir avec la socio ni l ago. En tout cas pas directement.
Pour vous quand peut-on parler de folie quel que soit la société ou l époque où l on vit ?
Car j ai toujours entendu dire que la folie étais quelque chose de subjectif, définit par les normes sociales d une société ne prenant pas en compte la nuance des choses, des réalités différentes.

Mais j ai tendance à penser autrement en ce moment, mais suis toujours pas sûre de moi.
Dire qu on est pionnier d un monde nouveau, que dans ce monde on serait intégrer voir parfait et l utiliser pour nier ses difficultés dans le monde actuel c est un peu, voir gravement de la psychose, non ?
Revenir en haut Aller en bas
lilie
Admin


Féminin
Messages : 13093
Date d'inscription : 07/09/2010

MessageSujet: Re: La limite entre anormalité et folie   Mer 31 Juil - 1:52

Bugs a écrit:

Pour vous quand peut-on parler de folie quel que soit la société ou l époque où l on vit ?
Car j ai toujours entendu dire que la folie étais quelque chose de subjectif, définit par les normes sociales d une société ne prenant pas en compte la nuance des choses, des réalités différentes.

Je ne suis pas une spécialiste mais la définition sur laquelle je me base est simple.
Concernant la névrose on se rend compte qu'on a un problème mais sans pouvoir le contrôler (par exemple on sait qu'il est irrationnel de paniquer dans les rayons d'un supermarché car il n'y a pas de vrais dangers mais on ne peut pas contrôler nos symptômes) quant à la psychose, ça serait de paniquer dans les mêmes conditions mais en étant persuadé qu'il y a un réel danger.
Je n'ai jamais entendu dire que la folie était quelque chose dépendant des normes sociales même si par exemple la religion peut voire comme des maladies des choses qui ne sont pas dans ses normes (par exemple l'homosexualité jugée par certains "contre-nature"). Mais là le jugement est moral... alors je ne sais pas. J'ai pas dû t'avancer à grand chose

_________________
 
Revenir en haut Aller en bas
http://forum-agoraphobie-ps.blogspot.com
Bugsbunny



Féminin
Messages : 780
Date d'inscription : 05/08/2012

MessageSujet: Re: La limite entre anormalité et folie   Mer 31 Juil - 14:49

Si si Lilie merci, je pense que chaque avis peut m aider à prendre petit à petit position. Et déjà tu rejette pas l idée que la folie puisse exister en disant qu on vit tous des réalités différentes et ça ça me fait beaucoup de bien.
Je pense comme toi mais n arrive pas à m en convaincre.

Mais je pense que je n ai pas été assez claire. En parlant de ce sujet je ne pense pas à nos difficultés. 
Je pense aux discours de mon père. 
Je crois qu il  a complètement embrouillé mon jugement, mon interprétation en m embarquant dans sa folie. Mais j arrive toujours pas à croire qu il puisse être psychotique. Du coup vu qu il a beaucoup joué sur l interprétation des choses, dont la folie, je me demande comme les autres l interprète.
C est lui qui me dit que la folie est selon les normes sociales d un pays.

Je vais exprimer autrement. 
Se créer un monde, dire que là-bas on serait le meilleur, et l utiliser pour nier son incompétence dans la réalité, c est un peu fou ça, non ?
Pour lui il est pionnier d un monde nouveau, et rejette totalement notre société actuelle (causes de ma socio je pense). Il dit qu il aurait manqué à son devoir de père et aux valeurs qu il défend s il m avait accompagné dans le monde concret. Et quand je lui dit de me guider dans ce soi-disant nouveau monde, il me répond qu ils ne savent pas encore comment s y prendre et qu ils sont en recherches.
Revenir en haut Aller en bas
lilie
Admin


Féminin
Messages : 13093
Date d'inscription : 07/09/2010

MessageSujet: Re: La limite entre anormalité et folie   Mer 31 Juil - 19:48

Je ne connais pas ton père mais ce que tu dis fait plus penser à des croyances qu'à de la folie non ?
Nos croyances, même les plus petites, peuvent passer pour des folies aux autres, aux yeux de ceux qui ne pensent pas comme nous. Perso j'ai rencontré une thérapeute qui "voyait" des guides. Je sais très bien qu'elle n'est pas folle mais ce ne sont pas mes croyances, juste les siennes.
J'ai l'impression que tu es en recherche d'analyser ou de pouvoir presque "diagnostiquer" ton père en ce moment. Un besoin de pouvoir mettre des mots, trouver une pathologie... A quoi cela te servirait-il dans le fond ? A te déculpabiliser d'avoir cru en ces discours pendant des années ou à le dédouaner car il serait "malade" ? J'espère qu'en dehors de la douleur, de la colère et de toutes les émotions négative que cette relation semble te faire ressentir en ce moment tu ne te sens coupable de rien surtout.

Concernant tes recherches sur la folie, peut-être que des bouquins de psychanalystes pourraient t'aider (je n'y connais hélas rien mais même sur internet tu dois pouvoir trouver des choses). As-tu essayé d'en parler à un psy et d'avoir un avis "professionnel" si cela est une condition pour te permettre d'avancer plus sereinement face à tout ça ?

Bon courage et à bientôt !

P.S: je n'avais pas prêté attention à ton titre en profondeur hier mais le mot anormalité, même si je vois ce que tu veux dire, me parait un peu trop connoté. Pourquoi as-tu choisi celui-là en particulier ?

_________________
 
Revenir en haut Aller en bas
http://forum-agoraphobie-ps.blogspot.com
Bugsbunny



Féminin
Messages : 780
Date d'inscription : 05/08/2012

MessageSujet: Re: La limite entre anormalité et folie   Jeu 1 Aoû - 14:52

Coucou Lilie merci pour ta réponse.

Oui j ai clairement besoin de le diagnostiquer, enfin, j en ai déjà un de mon psy mais qui ne me convient pas et depuis j ai discuté avec la mère de mon frère et ma soeur qui m a rappelé une chose que mon père avait réussis à me faire oublier, pour me protéger ou se protéger je sais pas. Comme quoi il entend des voix. Et s il est schizophrène ça change tout pour moi que trouble du comportement narcissique ou pervers narcissique qui voudrait dire qu il ne m a jamais aimé.
S il est schizo je peux peut-être l aider aussi... tandis que narcissique ne m en donne même pas l envie.

C est pas un moyen d échapper à ma propre culpabilité, de mes propres actes. Tout part de ce sentiment c est vrai. Mais c est mon psy qui m a amené à cette réflexion en me poussant à aller chercher au plus profond de moi. Je lui  ai demandé si c était un moyen de rejeter la faute, il m a dit que non c est un processus de compréhension d un mécanisme familiale et que vu que je fait plein de choses pour changer, réparer mes erreurs avec les personnes concernées je ne suis pas dans le déni de mes actes.
Par contre dans ma relation avec mon père, je culpabilise aussi d être rentrée dans son jeu, mais je ne devrais pas. Et j ai été sur des sites spécialisés, me suis beaucoup reconnue dans les victimes et là ils disent aussi qu on ne doit surtout pas culpabiliser car ce n est pas nous le problème mais le narcissique et qu il est très difficile de sortir de ce type de relation même longtemps après la perte de contact. Ils parlent des pervers narcissique comme d un prédateur.
Mon psy diagnostique personnalité narcissique, ma Moche-mère m a dit pervers narcissique à tout hasard sous forme de questionnement, sur le coup j ai nié les 2. Puis j ai commencé à m intéresser à la chose. Les victimes de pervers narcissique peuvent développé un trouble bordeline et de la sociophobie, ce qui  est mon cas. Et une autre chose qui me définit très bien mais j en parlerais dans les limites.

Dans pas longtemps ma Moche-mère devrait venir me rendre visite pour une longue discussion. Ca fait des années qu on était plus en contact. C est elle qui m a donné la force de voir tout ça en me confirmant qu il y avait bien un réel problème, que je ne m invente rien, que je ne suis pas folle. Et aussi en voyant que mon frère et ma soeur souffraient aussi alors qu on a pas la même mère. Je l ai appelé y a 1 mois désespérée (dans ma famille personne ne veut m écouter réellement, je pense qu à quelque part ils sont tous conscient mais pour eux ça impliquerait une remise en question trop violente, alors ils préfère se voiler et me voiler la face, ce qui empirait le problème me concernant).
Le truc c est qu elle croit au médium, tout comme moi à la base. Donc pas sur qu elle puisse entendre qu il soit possiblement fou.

Pour le titre je ne savais pas quoi mettre d autre. 29 ans pour trouver la force de croire et exprimer ces ressentis et aussi trouver les mots.
Tu aurais mis comment toi ?

Oui c est prévu même que mon père vienne à quelques rendez-vous chez mon psy. Mais je vais voir avec mon psy si c est vraiment une bonne chose. Sinon j ai qu une hâte c est qu il  rentre de vacances.
Revenir en haut Aller en bas
Bugsbunny



Féminin
Messages : 780
Date d'inscription : 05/08/2012

MessageSujet: Re: La limite entre anormalité et folie   Jeu 1 Aoû - 15:02

J ai oublié de répondre à ta première question. 
Oui justement c est là mon soucis. Elle est ou la limite. Mais je pense après réflexions que la folie c est quand on est plus capable d être dans la réalité. Ce qui est le cas de mon père, il le dit clairement mais en me faisant croire que c est une manière saine de vivre, alors que de s intégrer dans notre société est quelque chose d illusoire, de déconnecter  du sens profond de la vie selon lui. Jusqu à y a 1 mois je voulais pas être une conne étroite d esprit, mnt je sais que je le suis pas et que c est sain de vouloir s intégrer dans notre société.
Revenir en haut Aller en bas
lilie
Admin


Féminin
Messages : 13093
Date d'inscription : 07/09/2010

MessageSujet: Re: La limite entre anormalité et folie   Jeu 1 Aoû - 21:14

Je pense que s'intégrer à la société se fait à plusieurs niveau et qu'il n'y a pas besoin de l'accepter telle quelle est pour le faire (= pas besoin de l'idéaliser ou de la trouver parfaite).

Je ne sais pas ce que j'aurais mis comme titre, peut-être quelque chose comme "quand peut-on considérer qu'on franchit une limite et qu'on touche à la folie ?" mais parce qu'il est difficile de mettre un mot en face en "opposition" je trouve...

C'est incroyable que ton père accepte de venir en séance et je comprends que tu réfléchisses à cette idée qui n'est pas évidente. Cela t'aidera-t-il ou pas ? Même si ton psy va pouvoir t'aider et en discuter avec toi, j'espère que tu écouteras tes besoins, envies et tes intuitions. C'est cool aussi que ta b.elle-mère en discute avec toi.

N'hésite pas à revenir développer si dans les jours ou mois à venir tu découvres des choses sur ce thème qu'on a jamais abordé je crois sur le forum  (alors même qu'entre les attaques de paniques et les tocs nous sommes plusieurs à avoir justement eu la peur de devenir fous !). Bon courage !

:happycoeur:

_________________
 
Revenir en haut Aller en bas
http://forum-agoraphobie-ps.blogspot.com
Bugsbunny



Féminin
Messages : 780
Date d'inscription : 05/08/2012

MessageSujet: Re: La limite entre anormalité et folie   Ven 2 Aoû - 23:07

Oui j ai énormément de chance pour ma Moche-mère. Elle me donne la force de croire en mon jugement et me rassure que je ne suis pas folle. Ce soir on devrait encore discuter. Je sais que beaucoup d autres personnes ne trouvent pas ce soutient. Aujourd hui j ai contacté une spécialiste des violences intrafamiliales et particulièrement des pervers narcissiques. J attends qu elle me recontacte.

Pour le moment ce que je peux dire sur la folie, c est qu à trop chercher à la comprendre  on perd le contrôle, c est pas une nouveauté, mais je confirme. Heureusement quelqu un me croit et m aide dans cette réflexion alors je ne sombre pas. Mais y a des moments c est vraiment limite. 

Sinon, pervers ou schizophrène c est la même chose en fait. Les 2 sont psychotiques, il me semble par contre que le pervers en a une certaine conscience mais je suis pas sûre.

On peut tous passer par des phases psychotiques pour diverses raisons. Ca veut pas dire que l on devient réellement fou, mais on peut tous perdre contact avec la réalité de quelques secondes à plusieurs année. C est ce que je comprends en tout cas.

Mon père est d accord de venir, mais très clair qu il ne vient pas dans le but de se remettre en question. Mais dans le but de m aider:mariole:  ... je pige pas pourquoi et me pose beaucoup de questions pour tout dire. Peur qu il vienne dans le but de me faire passer pour la folle, mais mon psy et ma Moche-mère me croit donc dans le fond à part des moments difficils je ne doit rien craindre.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La limite entre anormalité et folie   

Revenir en haut Aller en bas
 
La limite entre anormalité et folie
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La limite entre anormalité et folie
» APPROPRIATION CULTURELLE : où est la limite entre promotion des valeurs traditionelles et les choix purement esthétiques ? (coiffes indiennes, bindis, etc)
» Les loups ne se mangent pas entre eux
» alternative entre porte-bébé et écharpe
» J'hesite entre 3 modeles de groupe 0/0+

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ETAPE le forum :: Symptômes,maladies et témoignages :: Avis, témoignages et sondages-
Sauter vers: