ETAPE le forum

Douce fin d'hiver
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 L'analyse transactionnelle, un outil pour l'agoraphobie et la phobie sociale

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
lilie
Admin
avatar

Féminin
Messages : 13149
Date d'inscription : 07/09/2010

MessageSujet: L'analyse transactionnelle, un outil pour l'agoraphobie et la phobie sociale   Jeu 5 Avr - 12:28

Même si l’Analyse Transactionnelle (AT) concerne plusieurs champs d'application, je traiterai de celui qui nous intéresse sur le forum: le champ psychothérapie.

J’ai trouvé un site qui explique de manière claire des concepts qui peuvent apporter beaucoup pour les anxieux que nous sommes, dans la relation que nous pouvons avoir avec les autres ainsi qu’avec les membres de notre famille (sans oublier avec le « compagnon contra-phobique »).
Je n’en ai pas l’expérience mais je pense que cela peut pleinement aider dans la phobie sociale, comme dans l’agoraphobie.


L'AT a été fondé par Eric Bern, psychiatre, qui s'est aussi formé pendant 10 ans à la psychanalyse. Comme il n’a pas été admis (ayant parfois un avis critique face à la psychanalyse), il a travaillé à fonder sa méthode.

" Dès 1956-57, s’appuyant sur l’expérience de ses séminaires, Eric Berne publie alors une série d’articles dont l’un porte d’ores et déjà le titre : “Analyse Transactionnelle : une nouvelle méthode efficace de thérapie de groupe”. Les concepts d’états du moi, de jeux psychologiques et de scénario sont déjà mis à jour ! L’œuvre est sidérante : il crée quasiment ex nihilo et en très peu de temps un nouvel outil totalement indépendant de la psychanalyse (même si des éléments fondamentaux comme la notion d’inconscient sont repris)."
"L’œuvre révolutionnaire d’Eric Berne est orientée vers un seul objectif : “guérir” au plus vite, tel un médecin. Et pour cela, construire une théorie avec des mots simples pour faciliter notamment la relation thérapeute-client et permettre à celui-ci de s’approprier l’outil thérapeutique au lieu d’en faire l’apanage du spécialiste."


L’ANALYSE TRANSACTIONNELLE CHAMP PSYCHOTHÉRAPIE

« (Elle) est ici mise au service d’un travail thérapeutique pour résoudre un problème, savoir qui l’on est, mieux comprendre la relation à son conjoint, ses enfants ou ses parents. Le psychothérapeute se réfère ici à la vision de la personnalité que propose l’AT et l’utilise dans sa propre communication avec son patient. En début de thérapie, le patient et son thérapeute définissent ensemble un contrat thérapeutique en fonction des objectifs et besoins du patient, la durée du travail thérapeutique peut être en conséquence brève ou longue. »


L'ANALYSE TRANSACTIONNELLE ET SES CONCEPTS


Le site regorge de choses très intéressantes dont je vous mets les liens car il est impossible de traiter de tous les concepts de l'AT sur ce post. Je pense que certains concepts (la passivité, la symbiose notamment) pourront résonner-raisonner en certain d’entre-nous, par exemple pour les problème de peurs à couper le cordon, de peur de la séparation, ainsi que dans certains schémas de dépendance à l’autre du fait de l’agoraphobie ou de la phobie sociale.

Les signes de reconnaissance (« Le signe de reconnaissance est un message que j’envoie à l’autre qui lui signifie que pour moi il existe, que je sais qu’il est présent »):

http://www.analysetransactionnelle.fr/?page_id=39

Les transactions: http://www.analysetransactionnelle.fr/?page_id=48

La structuration du temps (« Éric Berne1 a réussi à articuler en seulement six modes l’ensemble des façons d’être en relation avec l’autre »):

http://www.analysetransactionnelle.fr/?page_id=49

Les jeux psychologiques: http://www.analysetransactionnelle.fr/?page_id=50

Les positions de vie, avec un test: http://www.clown-enfant.com/ouimais/ouimais.htm# (cliquer sur psychotest en bas à droite)

http://www.analysetransactionnelle.fr/?page_id=52

Les méconnaissances
(« C’est un mécanisme inconscient qui nous conduit à ne pas voir la réalité telle qu’elle est. Elle se manifeste par des phrases qui sont des généralisations - ou des minimisations - ou encore de la grandiloquence et de l’emphase. »):

http://www.analysetransactionnelle.fr/?page_id=54

La passivité (« La passivité est un ensemble de comportements dont la raison d’être pourrait se résumer ainsi : “Comment puis-je m’y prendre pour ne pas résoudre ce problème ? ”. »):

http://www.analysetransactionnelle.fr/?page_id=55

Le scénario: http://www.analysetransactionnelle.fr/?page_id=56

La symbiose (« il y a symbiose “lorsque deux personnes se comportent comme si ensemble elles ne formaient qu’une personne complète”2. C’est ce que l’on appelle parfois dans un autre cadre de référence la relation fusionnelle. Par “comme si ensemble elles ne formaient qu’une personne complète“, il faut entendre que l’un prend en charge les besoins de l’autre, de telle sorte que, face à une situation, il y aura deux “intervenants” au lieu d’un. »):

http://www.analysetransactionnelle.fr/?page_id=176


J'en ai tout de même gardé 3 qui pourraient attirer plus particulièrement votre attention, LE concept de base de l'AT: les Etats du Moi, ainsi que les besoins de base et l'autonomie.


LES ÉTATS DU MOI

« Les États du moi se visualisent par trois cercles superposés intitulés Parent, Adulte et Enfant (l’usage de la majuscule signifie que nous parlons des États du moi et non d’un parent, d’un adulte ou d’un enfant).

États du moi structuraux



Pour Éric Berne la structure de la personnalité se compose (quel que soit l’âge) de trois États du moi :

Parent (P) : qui conserve l’ensemble des pensées + sentiments + comportements de modèles parentaux et intégrés tels quels,
Adulte (A) : qui conserve l’ensemble des pensées + sentiments + comportements liés au “touché” de la réalité, à l’ici et maintenant,
Enfant (E) : qui conserve l’ensemble des pensées + sentiments + comportements tels que la personne les a vécus dans son enfance.

Cela signifie que, tout au long de sa vie, une personne :

Observe comment ses parents (ou grands-parents, tuteurs, puis une figure spirituelle ou un grand professionnel) se comportent, ce qu’ils disent, ce qu’ils transmettent de leurs émotions face aux différentes situations de la vie. Ces observations lui serviront de modèles ultérieurement. Imaginez qu’il s’agisse d’un “regard” tourné vers l’Autre,
Fait des expériences, appréhende la réalité de tous les jours et en enregistre les conclusions. Ici, “le regard” vise devant et autour de soi.
A ses propres ressentis, émotions, et besoins, évolutifs par nature et qu’elle va s’attacher à satisfaire avec plus ou moins de succès : “le regard” est alors tourné vers soi.

Ainsi, à chaque instant nous abordons la réalité avec trois possibilités : y plaquer des modèles (”être dans le Parent“), reproduire des vécus personnels d’autrefois (”être dans l’Enfant”), ou prendre la réalité telle qu’elle est - et non pas telle que nous voudrions qu’elle soit - avec ce que nous sommes et non ce que nous avons été ou ce que nous voudrions être (”être dans l’Adulte”).

P, A et E s’appellent les États du moi structuraux (pour la structure de la personnalité) et concernent donc le contenu intrapsychique. »

Pour voir les États du moi visibles de l’extérieur et que l’on nomme fonctionnels ainsi que l’articulation entre les deux: http://www.analysetransactionnelle.fr/?page_id=40


LES BESOINS DE BASE


« La soif de structure : c’est le besoin d’avoir des limites. C’est en effet rassurant, de savoir que l’on ne peut pas tout faire. C’est également le besoin de structurer le temps d’une journée… Comme celui d’une vie, de savoir comment occuper ce temps entre notre naissance et notre mort. Songez à l’ennui, à ces changements de vie (un licenciement qui bouleverse votre rythme : et demain que vais-je faire ?). Or, cette soif est à la fois “mentale“, mais également physique : revoyez un adolescent qui vient vous dire pour la énième fois “j’sais pas quoi faire“, on peut dire de lui qu’il est “mou” ; son dos est courbé, les épaules sont tombantes… Il s’affale à présent… Structurer son temps c’est aussi un besoin biologique, comme la nourriture.

La soif de stimulation : c’est le besoin de “nourrir” ses cinq sens, de se sentir au contact du monde et de la vie. Comparez n’importe quel bureau fermé sans fenêtre et le même avec une fenêtre… Ça change tout, non ? A l’inverse, des bureaux en open space risquent de “suralimenter“. Petit conseil : quand vous vous sentez déprimé, ne restez pas chez vous, allez marcher, prendre un café, même seul(e) ; vous nourrirez votre soif de stimulation, vous vous ferez du bien.

La soif de reconnaissance : c’est le besoin de se sentir reconnu par l’Autre. Cela va du simple retour que j’attends lorsque je dis bonjour à quelqu’un, à l’amour que je peux lire dans les yeux de mon amie. Cette soif “s’étanche” par les signes de reconnaissance. La soif est variable selon chacun, certains vont avoir de grands besoins de reconnaissance : ils pourront devenir comédiens et être applaudis tous les soirs par un public conquis - ou ennemi public n°1 - d’autres moins : ils pourront travailler en tant qu’archivistes ou à leur domicile.

À noter : Une grande partie de notre activité quotidienne est orientée - que nous en ayons conscience ou non - vers la satisfaction de ces trois soifs : savoir quels sont nos besoins nous aide à les satisfaire plus efficacement et à nous maintenir en bonne santé morale et physique. »


L'AUTONOMIE

« L’autonomie, selon Eric Berne, c’est un chemin. Devenir autonome, en Analyse transactionnelle, c’est développer la faculté à parcourir la vie en faisant des choix clairs et en les assumant, à avoir conscience de ses propres besoins et à savoir les satisfaire.

Si je fais référence au concept de scénario, être autonome consiste à ne plus être soumis aux aspects négatifs de son scénario (des schémas de répétition notamment).
Quels sont les critères de l’autonomie ?

Devenir autonome, pour Eric Berne, cela signifie élargir et amplifier nos compétences à :

avoir une conscience claire : je suis en contact avec la réalité, avec l’ici et maintenant - et non avec l’ailleurs à un autre moment, passé ou futur. Cela signifie que j’accepte la réalité telle qu’elle est, que je ne la filtre pas ou que je ne la déforme pas et que j’ai conscience des conséquences de mes choix. J’ai ainsi conscience par exemple que le temps qui passe ne reviendra plus, je ne confonds pas mon conjoint et l’un de mes parents, etc.

être spontané : j’utilise mes trois Etats du moi avec fluidité, librement et en conscience. Je ne suis pas bloqué dans l’un d’eux : j’ai à ma disposition un large panel de réactions à l’environnement et je m’en sers avec justesse et cohérence (voir les États du moi - l’illustration du paragraphe “Quels sont les liens entre États du moi structurels et fonctionnels ?“)

être capable d’intimité : je suis capable d’être dans une relation authentique avec l’autre, je peux partager des moments d’émotions vraies - et non jouées - sans jugements ou inhibitions : la joie sûrement, mais je peux aussi exprimer, montrer ma colère ou ma peur et demander à être rassuré. »


Liste des praticiens d’AT en France (site d'institut français d'analyse transactionnelle):
http://www.ifat.net/carte_membre.php?id_cat=1

Annuaire des professionnels en Belgique (site d'association Belge d'AT)
: http://www.assobat.be/annuaire.html

Site Suisse d’AT: http://www.sgta-asat.ch/index.var

Informations recopiées avec l’aimable autorisation de Jérôme Fargette, sur le site http://www.analysetransactionnelle.fr

_________________
 
Revenir en haut Aller en bas
http://forum-agoraphobie-ps.blogspot.com En ligne
ticia5
Miss Cha-Cha-Cha
avatar

Féminin
Messages : 1767
Date d'inscription : 12/10/2010
Age : 32

MessageSujet: Re: L'analyse transactionnelle, un outil pour l'agoraphobie et la phobie sociale   Jeu 5 Avr - 17:29

tres interressant
Revenir en haut Aller en bas
Steph
Modératrice
avatar

Féminin
Messages : 3340
Date d'inscription : 15/09/2010

MessageSujet: Re: L'analyse transactionnelle, un outil pour l'agoraphobie et la phobie sociale   Jeu 5 Avr - 23:20

Merci pour cet article.

Personnellement, je me reconnais effectivement dans certains schémas.

Par moment, j'ai beaucoup de mal à être dans le présent, à ne pas identifier certaines personnes par rapport à des souvenirs.

J'ai bien conscience que cela peut être une source de stress et même d'angoisse.

_________________
Les copains d'abord.....j'adoooore!
Revenir en haut Aller en bas
jolierose
Modératrice
avatar

Messages : 3269
Date d'inscription : 12/09/2010

MessageSujet: Re: L'analyse transactionnelle, un outil pour l'agoraphobie et la phobie sociale   Jeu 5 Avr - 23:34

J'ai commence a lire l'article je donnerai mon avis après l'avoir termine

_________________

chaque jour m'apporte une bonne nouvelle
chaque cellule de mon cerveau est heureuse
je vais bien et tout le monde va bien
:jooie:  je suis ici et maintenant  :jooie: 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'analyse transactionnelle, un outil pour l'agoraphobie et la phobie sociale   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'analyse transactionnelle, un outil pour l'agoraphobie et la phobie sociale
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» ASPEN/TREMBLE, la fleur de Bach pour l'agoraphobie et la phobie sociale?
» méthode de Geert contre l'agoraphobie et la phobie sociale
» Quelques souches d'homéopathie pour l'agoraphobie, la phobie sociale, l'anxiété, le trac....
» outil pour calculer les SG et SA
» Méthode Tipi pour l'agoraphobie, la phobie sociale, la panique...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ETAPE le forum :: Méthodes pour s'en sortir :: Traitements conventionnels pour l'agoraphobie et la phobie sociale-
Sauter vers: